Eyes-Road - Une autre vision de l'EDI > Tout le Blog > Actualités > La basse vision : nouveau levier de croissance des opticiens ?

La basse vision : nouveau levier de croissance des opticiens ?

Souvent mal-aimée des opticiens, car considérée comme chronophage et peu rentable, la basse vision touche pourtant des millions de personnes en France. Pour améliorer le quotidien de ces personnes, de nombreuses aides visuelles existent. Opticiens, pourquoi ne pas intégrer ces solutions dans vos magasins ?

 

Qu’est-ce que la basse vision ?

Selon l’OMS, la basse vision correspond à « une acuité visuelle inférieure à 3/10 et supérieure ou égale à 1/20, du meilleur oeil et avec la meilleure correction ».  Mais en pratique, à quoi cela correspond-il ? Il existe différentes catégories de basse vision (de moyenne à quasi-totale). Dans le cas d’une déficience visuelle moyenne, les personnes atteintes peinent à distinguer les formes et les détails de leur environnement, mais conservent tout de même une partie de leurs capacités visuelles. Dans le cas d’une déficience visuelle quasi-totale, la cécité est absolue et les personnes ne perçoivent pas du tout la lumière. Entre ces deux catégories, il existe de nombreuses nuances.

Pour avoir une définition plus concrète, il faut se tourner vers les professionnels de l’optique. D’après Pascal Voillemin, responsable du marketing instruments chez Essilor et intervenant lors d’une table ronde de l’OL mag sur le sujet, le champ couvert par la basse vision est beaucoup plus étendu. Selon lui, elle concernerait toutes les personnes pour qui les lunettes classiques ne suffisent plus et sont donc en perte d’autonomie visuelle. Elles vont alors se tourner vers la solution des aides visuelles complémentaires.

 

Lutter contre la basse vision

basse vision

Il existe en effet différentes solutions pour aider les personnes atteintes par la basse vision à retrouver davantage d’autonomie. Parmi elles, les loupes grossissantes, destinées avant tout à rendre plus confortable la lecture aux personnes qui souffrent d’une légère perte de vision. Pour celles qui souffriraient d’une perte de vision plus importante, il existe également des télé-loupes, qui permettent d’obtenir des grossissements plus importants. Pour un agrandissement encore plus grand, certaines personnes se tournent également vers les agrandisseurs électroniques, qui associent caméra et écran et sont capables de grossir jusqu’à 50 fois. Autre solution : les verres filtrants, dédiés aux malvoyants, qui permettent de diminuer l’éblouissement.

 

Opticiens : pourquoi développer ces solutions ?

Vu la largeur de la cible et le nombre d’équipements dédiés, on comprend immédiatement pourquoi certains opticiens ont décidé d’inclure les aides visuelles dans leur catalogue. En effet, proposer à vos clients des solutions de lutte contre la basse vision comporte de nombreux avantages :

  • Vous positionner en acteur de la santé visuelle et acquérir une réelle expertise en basse vision
  • Adopter une nouvelle communication auprès de vos clients
  • Toucher une nouvelle clientèle
  • Vous démarquer de vos concurrents

 

basse vision

N’oubliez pas également que toute personne touchée par la basse vision qui entrera dans votre boutique, fera découvrir votre catalogue à son accompagnateur… Une nouvelle cible à ne pas négliger !

A noter tout de même que pour pouvoir proposer des solutions contre la basse vision en magasin, les opticiens doivent d’abord effectuer une formation dédiée. L’Institut des sciences de la vision propose, notamment, une formation basse vision sur la base 6 sessions de 3 jours.