Eyes-Road - Une autre vision de l'EDI > Dossier > Histoire de l’Optique (2ème Partie)

Histoire de l’Optique (2ème Partie)

histoire-optique

 

Deuxième partie de notre dossier consacré à l’Histoire de l’optique. C’est le moment de parler des innovations qui ont suivi les recherches de l’antiquité et de la renaissance et de mentionner certains des grands acteurs et entreprises du milieu. Tout autant que de faire un point sur le futur de l’optique…

Un nouveau métier : opticien

 

C’est au 18e siècle que les marchands ambulants de bésicles se déclarent opticien. Ce titre est utilisé pour désigner les fabricants de lunettes et tout autre objet optique de précision.

 

Jusqu’au début du 20e siècle, ces opticiens exercent des métiers différents : ils sont commerçants paramédicaux ou fabricants-artisans.

 

La technique est simple : on vient essayer des lunettes et si l’on constate la moindre amélioration de sa vue, on repart avec ! Pas besoin de prendre le temps ne serait-ce que de s’asseoir.

 

histoire-optique3

@Essilor

 

Le premier grand magasin d’optique voit le jour en 1938, à Paris, rue de Rivoli. C’est Georges Lissac, déjà propriétaire de son premier magasin depuis 1919, et ses frères qui l’ouvrent. À l’intérieur du bâtiment, une partie atelier, une partie vente.

 

Cet endroit est une révolutionnaire car Lissac développe un concept unique : réaliser un examen de la vue gratuit pour ses clients.

 

L’empreinte de Georges Lissac sur le monde de l’optique au 20ème siècle sera conséquente puisqu’il créera d’abord la SARL Frères Lissac puis deux autres sociétés en 1946 (SIL pour la fabrication de montures) et 1948 (LOS pour lentilles ophtalmiques spéciales.)

 

Cette dernière changera de nom pour s’appeler LOR (pour lentilles ophtalmiques rationnelles) et l’ensemble des sociétés se regroupera sous le nom SILOR (Société Industrielle de Lunetterie et d’Optique Rationnelle).

 

Le groupe Silor, en 1972, fusionne avec son concurrent Essil pour créer Essilor, désormais leader mondial sur le marché du verre.

histoire-optique4

@Essilor

 

 

Des lunettes pour se protéger des rayons du soleil

 

histoire-optique5

 

Si l’amélioration de la vision est entrée dans les mœurs dès la fin du 16ème siècle, il convient désormais de se protéger du soleil et de ses dangereux rayons ultra-violets. Pour cela, les européens vont, au 19ème siècle, garnir leurs lunettes de pince-nez avec des verres fumés inspirés des verres en quartz créés par les chinois.

 

En 1932, Edwin H Land créé le filtre polarisant et le baptise Polaroid, une feuille de matière synthétique employée pour polariser la lumière du soleil. La feuille absorbe la lumière qui est polarisée parallèlement à la direction de l’alignement des cristaux, permettant à cette matière d’être employée comme polariseur de lumière.

 

C’est à peu près à cette période que des campagnes de sensibilisations aux méfaits des rayons UV voient le jour.

 

Dans les années 60, la société Corning développe une nouvelle forme minérale de verre : le verre photochromique, qui a la propriété de se teinter en fonction de la quantité d’UV à laquelle il est soumis.

 

Enfin, dans les années 90 sont fabriqués les premiers verres organiques à teintes variables.

 

Une lentille directement dans l’œil ?

 

Les travaux de Leonard de Vinci puis de René Descartes (voir 1ère partie) renforcent l’idée de l’utilisation de la réfraction opérée sur la lumière par un liquide afin d’améliorer la vision.

 

En 1887, un ophtalmologiste allemand du nom d’Adolph Fick créé un appareil optique en verre permettant de couvrir quasiment l’intégralité de l’œil. Malheureusement, il est si peu confortable que le porter plus de quelques heures relève de l’exploit.

 

histoire-optique6

 

Mais ces travaux vont conduire d’autres chercheurs à travailler une forme de lentille toujours plus adaptée à l’œil. C’est ce que réalise un autre allemand, August Müller. Il résulte de ses recherches une lentille dite sclérale, au verre soufflé autorisant une couverture de la cornée et de la sclère.

 

Le confort de cette lentille est sans commune mesure avec celle de Fick. La même année, Louis Girard fabriquera le même type de lentille à la forme sclérale.

 

C’est dans les années 1920 que Zeiss fabrique des verres scléraux en cristal, dont la forme peut être adaptée à l’œil du patient. Les premières lentilles dont la forme n’est pas standardisée sont créées.

 

Mais c’est surtout durant les années 1960 que deux chimistes tchèques, Otto Wichterle et Drahoslav Lim, publient leurs travaux sur les gels hydrophiles pour utilisation biologique.

 

histoire-optique7

 

Cet hydrogel va permettre de fabriquer les premières lentilles souples en 1961 et de révolutionner le confort du port de lentilles. En effet, la souplesse du dispositif permet à l’oxygène de se déplacer à travers la lentille vers l’espace oculaire.

 

Durant les 25 années suivantes, les polymères, matériaux utilisés dans la fabrication de lentilles souples, seront constamment améliorés. En 1992, l’écossais Ron Hamilton de Daysoft crée les lentilles souples jetables, qui ne nécessiteront aucun produit d’entretien.

 

Et l’avenir dans tout ça ?

 

La grande Histoire de l’optique est riche, mais elle n’est surtout pas terminée. Aujourd’hui encore, lunetiers, verriers, opticiens travaillent de concert pour sans cesse tenter d’améliorer notre vision mais aussi notre confort de vie.

 

De nombreux articles ont évoqué ce sujet sur notre blog et continuerons de le faire.

 

Au-delà de ces prouesses techniques et technologiques, ce savoir qui s’étend depuis l’antiquité, ces grands noms dont les travaux ont changé notre monde, nous constatons qu’une chose demeure primordiale : l’amélioration constante de notre santé visuelle.

 

Bien entendu, comme par le passé, ces travaux seront repris, transformés, améliorés pour répondre aux besoins du plus grand nombre. La législation continuera, comme le progrès technique, à faire partie des acteurs d’un secteur en constante évolution et que le temps n’arrêtera pas.